Parc botanique

Un parc botanique
de 13 hectares

La reconquête environnementale au coeur du projet

Délaissé depuis des années, le secteur de la Ria était une friche industrielle en plein centre-ville. Présentant, outre un atout économique et touristique important, un immense potentiel paysager avec son canal (la Haute-Perche), la vue sur le port et sur le château et ses grands espaces, la Ria va être entièrement transformée, pour une véritable reconquête de cet espace intégré au cœur de ville.

A l’issue de la concertation, le projet retenu l’a été essentiellement pour sa prise en compte de la donne environnementale articulée autour de la protection du canal, la réintroduction de l’eau dans un vaste parc paysager botanique central, le maintien et la valorisation de la vue sur le port et le château. Le projet de la Ria est conduit par l’architecte urbaniste de renom Yves Steff (Agence AUP), qui réalise également le Vieux Port.

Le débarquement des plantes, un concept unique

À ce site unique et préservé se devait de correspondre un projet exceptionnel ! C’est le dessein du parc botanique conçu par Thierry Huau, paysagiste très apprécié,  pour faire revivre le débarquement des plantes exotiques acheminées par bateaux depuis les plus lointaines contrées. Cette promenade botanique exceptionnelle contribuera à la qualité de vie au sein du quartier et à faire rayonner une image qualitative de la station. Le Parc est prévu être livré en juin 2013, en même temps que le Vieux Port. C’est le symbole de la reconquête environnementale de la Ria, du trait d’union entre terre et mer, mer et marais. Le promeneur sera convié, dans un parc de 13 hectares, à une découverte orchestrée en 4 séquences :

La promenade le long des quais :

En vous baladant sur cette allée de terre battue, bordée par la place du Café du Port, la voie de chemin de fer, vous pourrez profiter de la vue paisible sur la Ria en descendant les escaliers longeant le chemin ou sur les 6 pontons de bois. Différentes essences vous feront revivre le débarquement des plantes, vous découvrirez tour à tour les palmiers à chanvre (apportant leur touche d’exotisme tout droit venus de Chine), différents viburnums, des phormiums, des calistemons et des argousiers ou encore des arbres tels que des acacias, des bananiers, des palmiers et des magnolias.

Le relais botanique et ses îlots :

Situé sur les deux rives de la Ria, le relais botanique vous proposera des rizières bordées de camélias, qui rappelleront aux promeneurs les fameux paysages chinois. Le côté droit du cours d’eau ne sera pas accessible cependant, il vous offrira un champ visuel remarquable jusqu’à l’autre rive. Sur cette autre rive (côté gauche), vous aurez l’occasion de découvrir des plantes exotiques et locales. Elle sera aussi un lieu de repos idéal avec ses bassins d’eau douce riches en roselières, s’alimentant entre eux par le biais de petites cascades en enrochement, de noues paysagères et de vannes, pour finalement se déverser dans la Ria. Grâce à ces bassins, participant à la bonne circulation de l’eau, vous pourrez contempler une flore pleine de vitalité. Un système de récupération de l’eau de pluie sur les allées et d’autorégulation des bassins permettra de gérer l’écoulement et vous évitera les débordements. La montée des eaux, liée aux marées, aura un rôle à jouer dans le relais botanique en créant, grâce aux plantes d’eau salée bordant le cours d’eau, un 6e bassin. Cette réaction aux marées a pour but de vous proposer un paysage différent en fonction des heures de la journée. Le léger dénivelé vous permettra de suivre le cycle de l’eau entre les bassins pour pouvoir apprécier les différentes cascades. Vous pourrez également vous détendre avec des aires de repos engazonnées.

Le milieu humide boisé :

Si vous habitez au sud-est de Pornic, le milieu humide boisé sera pour vous une entrée privilégiée. En effet, cet accès vous offrant deux allées sur terre battue, toutes deux bordées d’arbustes, vous acheminera jusqu’au cœur du site. Un bois conservé à l’état  initial, dans lequel seront dissimulés deux bassins sera un lieu de refuge rêvé pour la faune environnante. Ce décor rafraîchissant pourra être pleinement admiré grâce aux bancs placés le long des chemins. Des corbeilles seront également disposées dans les zones passantes du parc humide boisé, afin de préserver la propreté des lieux. Pour participer à la dynamique du site, un parcours d’aventure ludique et sportif pourra vous être proposé à terme. Vous n’aurez pas à vous méfier de l’arrosage automatique puisque cette partie du parc sera essentiellement alimentée par un réseau primaire longeant les chemins.

Au fil de l’eau :

Le milieu naturel sera conservé, notamment le bosquet de chênes déjà présent sur le site, et même renforcé. Pour cela, vous pourrez constater la réimplantation de la flore existante. L’accent sera également porté sur l’équilibre du milieu, à savoir la conservation des proportions de terrains sous influence salines, aquatiques, ou des prairies. Cette étape a été concrétisée par l’extension des berges participant ainsi à l’agrandissement de la zone humide et inondable venant compenser la surélévation du marais de l’îlot 4. Vous pourrez bénéficier de la tranquillité des lieux assurée par le rehaussement du Merlon, dans le but de vous préserver des nuisances sonores de la route Bleue. Un replantage participera à l’harmonie végétale entre le haut de la falaise et les talus le long du parking Kerlor, notamment avec des pins en haut des crêtes qui vous rappelleront les alentours du château de Pornic. Ici aussi, l’irrigation de l’espace passera par un réseau au sol le long des allées.